La plage d'Enoshima

Publié le par Le Blog Nippon

d9679451.jpg

 

Samedi nous avons donc passé 1 aprés midi et soirée à la plage d'Enoshima, à environ 1 heure de Tokyo en train local, pour le prix ridicule de 1200 yens l'allé-retour (11 euros) !

La gare donne presque quasiment sur la plage, avec aux alentours, des commerces utiles (restauration, vente de maillots de bain, jeux de plages etc…). Une des choses frappante c'est le nombre d'oiseaux présents dans le ciel. Aucune mouettes mais que des Milan Noirs (des petits aigles, des rapaces) en stationnement aérien. Leur nombres étaient aussi impressionnant (une quarantaine, peut-être plus) que leur présence.

 

La première impression de l'étendue de sable est qu'elle n'est pas bien jolie. Rien à voir avec des plages paradisiaque, le sable est sombre et n'est pas fin. De plus, comme il s'agissait d'une journée trés ensoleillé, le sable était brulant et nous a fait souffrir pour arrivé au bord de l'eau qui était aussi sombre et similaire à l'Atlantique.

En bon français nous avons déroulé nos serviettes alors que les japonais se mettaient en majorité sur leurs fameuses bâches en plastiques de 3x2 mètres. Ainsi installé nous avons d'abord observé les jeux de plages tels que le simple jeux de ballon, base-ball sur sable, freezbee… puis des jeux un peu plus… "japonais" qui consistent à enterrer jusqu'au cou un de ses camarades (voir photos). Tout le monde ne s'y adonne pas puisqu'il s'agissait d'un cas isolé. Enfin il m'est souvent arrivé de le voir dans des mangas, animés ou dramas (séries TV japonaises).

 

Autre chose qui nous a frappé ce sont les vêtements. En effet, les hommes sont en maillots de bain short long mais les filles restent en pantacourt/t-shirt et ne se déshabillent pas, même pour se baigner (des enfants aussi, se baignaient tout habillé). Les maillots de bain pour femme étant en vente, nous présumons qu'il s'agît-là d'une coutume sociale que la femme reste en retrait (avec une autre anecdote bien machiste d'un groupe de jeune homme trop occupé à jouer au ballon pour aider la jeune femme qui portait tous les sacs derrière eux). Peut-être aussi que les Idols, souvent montrés en bikini dans les magazines et émissions tardives (parfois humiliantes) sacralisent le maillot de bain féminin comme un vêtement très érotique et … qui ne se fait pas beaucoup en temps normal, de peur de justement passer pour ce genre de filles. Mystère.

 

C'est alors que nous déjeunions. Armés de sandwichs, nous nous remplissâmes tranquillement la panse sans voir le Milan qui fondit sur le casse-croute d'une de nos compagnes pour l'emporter aussi sec avec lui dans le ciel. Non vous ne rêvez pas et ceci expliquait la présence de ces oiseaux ! Les rapaces volaient et fondaient tout droit sur le moindre élément de nourriture laissé à leur porté, dans une main ou pas. Surpris puis alerte, nous mangeâmes refermés sur nous-même, craignant d'être devenu une proie, surveillant les ombres de nos assaillants potentiels autour de nous, tout en voyant un petit enfant effrayé, victime également de la menace à plume affamé.

 

Après cet évènement inhabituel pour nous, nous passâmes à la baignade. Bon sang comme entrer dans le Pacific est agréable ! La température devait avoisiner les 30° degrés sans problèmes. Rien à voir avec l'Atlantique ou rarement la température passe au dessus de 2 chiffres.

Les vagues étaient présentes sans être fortes. Des vagues gentilles pour adultes qui devaient être bien plus amusantes pour enfants. L'eau était trèèès salée et on croisait de temps en temps des algues et des petits poissons sautant à la surface.

On est resté dans l'eau bien 2 heures non-stop à jouer au ballon et à flotter tranquillement, en prenant garde tout de même aux nombreuses planches à voiles qui surfaient un peu plus loin mais sans limitation de place.

 

Enfin le soir nous sommes resté sur la plage comme prévu et avons attendu que la nuit tombes pour aller acheter des petits feux d'artifices en convini. En été, cela est une habitude de faire des feux le soir. Vendu par gros paquets à prix trés raisonnable, ils n'ont strictement rien de dangereux. Des feux de bengales de mains, ou à poser à terre, c'est trés sympathique à regarder entre amis. Rien à voir avec nos pétards à peine permissible à la vente.

 

Nous rentrâmes tard le soir, épuisé mais heureux de cette sympathique journée, sans nous douté des multiples courbatures qui nous attendraient au réveil le lendemain.

 

Martin

Commenter cet article